Espionnée par Londres, la Turquie envisage des représailles

Le ministre des Finances, Mehmet Simsek, a indiqué le mardi 18 juin que la Turquie pourrait prendre certaines mesures contre son alliée la Grande-Bretagne en raison de l’espionnage dont il aurait été victime en 2009 pendant la réunion du G20.

C’est le quotidien britannique The Guardian qui a dévoilé que la Grande-Bretagne avait intercepté des conversations téléphoniques et surveillé les ordinateurs du ministre des Finances turc et de sa délégation à Londres lors de la réunion du G20 en septembre 2009. Certains délégués auraient également utilisé des cafés internet mis en place par les services de renseignement britanniques afin d’intercepter des e-mails

Lire l’article complet sur zamanfrance.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.