Turquie: le sale coup égyptien

Avec le départ de Morsi, c’est un proche, diplomatiquement et politiquement parlant, que Erdogan perd. Et l’intervention de l’armée ravive de très mauvais souvenirs pour le Premier ministre turc.

Si «galaxie AKP» s’est empressée de dénoncer le coup d’Etat militaire en Egypte, c’est peut-être aussi parce qu’elle est inquiète pour elle-même. Comme si le Premier ministre turc et son gouvernement n’avaient pas tout à fait la garantie d’avoir complètement neutralisé l’armée turque, comme s’ils craignaient qu’une partie de l’opposition turque puisse encore faire appel à celle-ci.

Lire l’article complet sur slate.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.