Les dividendes pour la paix du gaz israélien

Il n’y a pas que les monarchies pétrolières qui disposent d’une puissance économique au Proche-Orient. Israël a désormais les moyens de les rejoindre, en mettant ses ressources gazières au service de la coopération régionale, et in fine de la paix. Dans le grand jeu énergétique proche-oriental, Israël possède deux atouts maîtres : Tamar et Léviathan. Encore faut-il que le gouvernement de Benyamin Nétanyahou fasse preuve de vision pour jouer le jeu de cette “diplomatie du gaz”.

Les deux gisements sont situés au large d’Haïfa, dans cette partie orientale de la Méditerranée où au moins quatre pays – Israël, Liban, Egypte, Chypre – disposent de bassins gaziers dans leur zone économique exclusive. Pour Israël, la découverte de Tamar et Léviathan a représenté une divine surprise, dont – et ce n’est pas la moindres – celle de pouvoir rompre une dépendance énergétique avec l’Egypte, qui a fourni près de 50 % du gaz israélien jusqu’en 2010.

Lire l’article complet sur Le Monde

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.