Face au brasier égyptien, Israël a opte pour le silence

L’Etat juif n’a fait aucune déclaration, à part le constat d’une “crise exclusivement interne” qui “ne concerne en rien” Israël.
Derrière cette discrétion officielle, qui avait également prévalu lors de la chute de Mohamed Morsi, le 3 juillet, les autorités israéliennes cherchent avant tout à ne pas amplifier “l’affaire du drone”, qui alimente depuis une semaine les reproches des islamistes contre le pouvoir militaire égyptien, traité d'”allié des sionistes”.
Le 9 août, une attaque contre une base djihadiste dans le Sinaï, qui avait tué cinq combattants, a été attribuée à un drone israélien par les Frères musulmans. L’armée égyptienne avait aussitôt démenti, mais les experts israéliens ont, à mots couverts, confirmé l’attaque. Il s’agirait, dans ce cas, de la première opération militaire israélienne menée sur le sol égyptien depuis les accords de paix de Camp David en 1979.

Lire l’article complet sur Le Monde

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.