Ara Toranian
Recep Tayyip Erdogan est coutumier des dérapages verbaux et des déclarations à l’emporte-pièce. Mais sa dernière sortie, mardi 20 août, à Ankara, lors d’une réunion de son parti laisse particulièrement perplexe, tant on ne sait s’il faut l’imputer à ses obsessions anti-israéliennes récurrentes ou à un désordre encore plus profond. Le Premier ministre turc a en effet affirmé détenir «la preuve» qu’ «Israël et un intellectuel juif» étaient derrière la destitution du Président Morsi par l’armée égyptienne. Outre ce que cette déclaration recèle en connotation paranoïaque, dûment sous-tendue par l’évocation du complot juif, on est atterré par les fondements qui l’étayent. La «preuve» brandie par Erdogan n’est en effet rien d’autre qu’une vidéo circulant depuis deux ans sur Youtube et dans laquelle Tzipi Livni (ministre israélien de la Justice) et Bernard-Henri Lévy font part, lors d’un débat public, de leur vive opposition au mouvement des «Frères musulmans». Le philosophe français, qui tirerait donc les ficelles de l’armée égyptienne, ayant de surcroît ajouté que «la démocratie ce n’est pas seulement des élections, c’est aussi des valeurs». Voilà, selon une confirmation d’un fonctionnaire turc à l’Associated Press, la «preuve» qu’Erdogan a en sa possession pour dénoncer le complot. Très convaincant en effet…

Lire l’article complet sur laregledujeu.org

Share This

About the author

1 comment

  1. Brainless

    Malheureusement, la seule solution pour la démocratie turque, serait que l’armée reprenne pour un temps les rennes du pays, afin de ce débarrassé de ce paranoïaque d’Erdogan…Et de son cercle mafieu, qui sous prétexte de religion, sont en train de saigné le pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.