Des frappes ciblées, scénario le plus probable

Contraints de réagir après le massacre présumé aux armes chimiques, les pays occidentaux pourraient décider de « punir » Damas en menant une brève opération de frappes chirurgicales contre des intérêts stratégiques, sans pour autant s’engager dans une intervention de longue durée, estiment des experts. À Washington, Londres ou Paris, les déclarations des derniers jours des responsables politiques ne laissent guère de doute : une réaction d’ordre militaire est désormais sérieusement envisagée.
Pour Vivien Pertusot, directeur de l’Institut des relations internationales (IFRI) à Bruxelles, « la situation est simple : aucun pays occidental n’a envie d’intervenir, mais l’usage d’armes chimiques, s’il est confirmé, va les obliger à réagir ».

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.