Washington aurait intercepté un appel prouvant la responsabilité de Damas dans l’attaque chimique

Foreign Policy rapporte dans son édition de mardi 27 août une information selon laquelle les services de renseignement américains ont intercepté des conversations téléphoniques paniquées entre un responsable du ministère syrien de la Défense et le chef d’une unité en charge des armes chimiques, quelques heures après l’attaque de la Ghouta.
C’est à partir de ces conversations interceptées que Washington aurait acquis la certitude de l’origine de l’attaque perpétrée dans la banlieue de Damas..

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.