Ariane Bonzon – Ce que révèle l’affrontement verbal entre Recep Tayyip Erdogan et Bernard-Henri Lévy

Ariane Bonzon – Ce que révèle l’affrontement verbal entre Recep Tayyip Erdogan et Bernard-Henri Lévy

Il y a beaucoup à apprendre des dérapages du Premier ministre turc comme de la réponse du philosophe français, ainsi que de la façon dont leurs propos sont instrumentalisés.
La façon dont Bernard-Henri Lévy a définitivement réglé son compte à Recep Tayyip Erdogan devrait faire frémir le Quai d’Orsay. En juin, alors que Erdogan était hué par les manifestants, des instructions en interne avaient été transmises aux diplomates, universitaires et autres agents en poste en Turquie, leur demandant d’«éviter la focalisation sur le Premier ministre turc», autrement dit, de ne pas critiquer publiquement l’homme fort de Turquie.
Le flamboyant BHL vient de faire voler en éclats toutes ces précautions diplomatiques. Dans l’interview qu’il a accordée, samedi 24 août, au quotidien d’opposition kémaliste Cumhuriyet, le philosophe ne se paye pas de mots pour qualifier de «potentat», de «paranoïaque», le «roi Erdogan qui est nu», qui a «pété un câble» ou «fumé la moquette», un «personnage» dont la «bêtise» est fascinante et les explications «puériles», un «grand enfant» dont le «jouet s’est cassé» et qui ne serait au final rien d’autre qu’un «Sultan poutinisé» dont les Turcs devraient bien vite «tourner la page».

Lire l’article complet sur slate.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.