Dangereux rapprochement Iran-Liban

Après le réchauffement entre l’Iran et la Turquie, annoncé il y a quelques jours à peine, il est question à présent du Liban, qui pourrait bénéficier d’un nouvel approvisionnement en armes provenant de son allié iranien. Le régime de Téhéran tient d’ailleurs ces derniers temps à prouver qu’il ne souffre pas trop des sanctions que lui impose l’Occident, en présentant les dernières réalisations de son industrie militaire. C’est ainsi qu’il annonçait dimanche la fabrication d’un drone bombardier d’une portée de mille kilomètres. Et le lendemain, il faisait savoir, par l’intermédiaire de l’agence de presse officielle Irna, qu’il allait produire en série des vedettes de combat pouvant être équipées de lance-missiles. A présent, il est question de missiles sol-sol de courte portée, également de production locale, dont le lancement expérimental aurait été réalisé avec succès, selon le ministre iranien de la Défense Ahmad Vahidi qui a ajouté que son pays était disposé à fournir des armes à l’armée libanaise, si elle en faisait la demande. Il faut dire que cela fait longtemps que le Hezbollah bénéficie « discrètement » de l’aide militaire de Téhéran. Des centaines de missiles de ce type seraient déjà parvenus entre les mains de l’organisation terroriste chiite: ils font partie des livraisons d’armes envoyées régulièrement par Téhéran, de façon « clandestine », qui sont arrivées à destination en transitant par la Syrie. Et comme le Hezbollah fait officiellement partie, à présent, du gouvernement libanais … C’est dans ce contexte qu’on apprend que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad compte se rendre prochainement à Beyrouth pour débattre de la question. Cette visite devrait avoir lieu juste après le Ramadan. De son côté, Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, cherche à influencer le gouvernement libanais en l’incitant à accepter d’équiper son armée avec du matériel iranien, comme lui propose « généreusement » Téhéran. Il a invoqué pour cela les difficultés que les Libanais rencontraient actuellement, à cause de l’attitude des Etats-Unis qui deviennent à juste titre plus exigeants après l’accrochage avec Tsahal qui a coûté la vie au soldat réserviste israélien Dov Harari. Et comme autres signes inquiétants de ce rapprochement, on sait que le président libanais Michel Sleimane s’est rendu lundi à Téhéran, toujours pour le même motif: l’achat d’armes iraniennes. Il a alors précisé : « L’Iran adopte une attitude cordiale

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.