Interventions militaires : le Congrès américain rarement sollicité

Peu de présidents américains se sont volontairement soumis à l’aval du Congrès pour déclencher des interventions militaires à l’étranger, a fortiori pour des frappes ponctuelles comme l’envisage Barack Obama en Syrie.
Historiquement, la Constitution américaine donne au Congrès le pouvoir de “déclarer la guerre”, mais la dernière fois qu’une telle déclaration formelle a été votée date de la Seconde Guerre mondiale. En pratique, les présidents américains ont évité le terme et lancé unilatéralement des opérations militaires ou des invasions terrestres des dizaines de fois, au nom de leur autorité constitutionnelle de commandant en chef.

Lire l’article complet sur Le Monde

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.