Le G20 s’ouvre en Russie sur fond de guerre froide

Le sommet du G20 qui se déroule jeudi et vendredi à Saint-Pétersbourg va être dominé par les divergences entre les États-Unis et la Russie sur les frappes en Syrie, alors que les relations entre les deux pays sont au plus bas.
C’est sagement, à la manière d’un élève appliqué que la présidence russe a préparé les travaux du G20: croissance, lutte contre les paradis fiscaux et régulation financière… Sous les boiseries du palais Constantin, ancienne résidence d’été de Pierre le Grand, Vladimir Poutine reçoit jeudi et vendredi les dirigeants des vingt plus grandes économies mondiales. Mais le sort de la finance mondiale intéresse peu l’opinion publique russe. Et à quelques jours d’une attaque américaine programmée en Syrie, personne n’attend du chef du Kremlin qu’il se satisfasse de l’agenda officiel, mais plutôt qu’il réitère la ligne intangible de la diplomatie russe dans le conflit moyen-oriental.

Lire l’article complet sur Le Figaro

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.