L’Affaire Castaing – Désinformation visuel : la vérité qui se cache derrière les images des manifestations en Judée-Samarie

L’Affaire Castaing – Désinformation visuel : la vérité qui se cache derrière les images des manifestations en Judée-Samarie

Les manifestations en Judée-Samarie sont connues pour faire les gros titres, mais montrent-elles la vérité ? Alors que les images des scènes de manifestations peuvent souvent sembler violentes et spectaculaires, les photos sont plus d’une fois prises hors contexte, dans un angle peu révélateur. La véritable situation est donc faussement retranscrite et la vérité de la scène est loin d’être celle capturée par la lentille d’un appareil photo. Les photos de la diplomate française Marion Castaing en sont l’exemple.

Les faits :

Hier, suite à une tentative illégale des Palestiniens et des militants étrangers d’ériger des tentes dans la zone de Hemdat en Judée-Samarie, dans le nord de la vallée du Jourdain, les forces de sécurité ont réagi avec l’intention de faire valoir une décision de la Haute Cour de Justice israélienne. Sur le site, les militants palestiniens et étrangers s’y sont violemment opposés, jetant des pierres et faisant preuve de violence à l’encontre des soldats. Ces derniers ont contenu les violences en utilisant des moyens non-léthaux de dispersion d’émeutes. Ils ont saisi les tentes et ont arrêté trois Palestiniens qui représentaient les principaux instigateurs. Les rapports selon lesquels les privilèges diplomatiques des diplomates étrangers n’auraient pas été respectés sont actuellement en cours d’examen et, si nécessaire, les plaintes seront déposées auprès des autorités adéquates.
Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Paul Hirschson, a déclaré qu’une plainte formelle pourrait être déposée contre la diplomate française, Marion Castaing : “si elle a participé, alors une plainte officielle sera déposée car ce n’est pas ainsi que se comportent les diplomates.”

Ce qui est décrit dans les médias

[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/09/tsahal-marion-castaing.jpeg” align=”center” alt=”La diplomate française Marion Castaing sous un premier angle”]
La diplomate française Marion Castaing, par terre, suggérant qu’une arme est pointée sur elle par un officier de police israélien. Ces images, particulièrement celle ci-dessus, font rapidement le buzz. En étant diffusée, elle est faussement interprétée car aucun contexte ou réelle description des événements n’y sont ajoutés.

Ce que les médias ne décrivent pas

[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/09/tsahal-marion-castaing-fact.jpeg” align=”center” alt=”tsahal-marion-castaing-fact”]
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/09/tsahal-marion-castaing-fact-2.png” align=”center” alt=”Marion Castaing sous un autre angle”]
Étrangement, cette deuxième photo n’a sans doute jamais été diffusée par la presse. Elle a toutefois été prise lors des mêmes protestations en Judée-Samarie. Encore une fois, l’image choque et partiale a été préferée à un rapport juste et vigoureux. Ce n’est pas la première fois que les Palestiniens manipulent et propagent délibérément les images rendus visibles par internet et les journalistes. En voici quelques exemples :


En plus de l’élaboration d’une scène d’une manière non représentative, les Palestiniens utilisent souvent la présence de photojournalistes pour influer sur la situation elle-même. La présence de photographes pour les manifestants palestiniens est pour eux une occasion de susciter la violence. Sans eux, la situation resterait calme.
Ruben Salvadori, un photojournaliste italien s’est rendu compte que les médias ne repeignaient pas toujours le tableau complet en couvrant les protestations palestiniennes en Judée-Samarie. Il explique que parfois, la situation est réellement tendue et dangereuse, mais la plupart du temps, les émeutes se résument à un groupes de jeunes enfants palestiniens qui, à visages couverts, jettent des pierres cherchant à produire la prochaine image choque. Ils attendent l’arrivée des soldats ou alors rentrent simplement chez eux si ils n’arrivent pas sur les lieux.
Les récentes manifestations en Judée-Samarie ont fait les gros titres ces derniers temps et parfois à tort. Les photos prisent sur le terrain au bon moment ont un impact important et c’est pourquoi il est important que les photographes journalistes fournissent entièreté de l’histoire et non pas uniquement le cliché qui fera scandale.

 

Source: Tsahal: Armée de Défense d’Israël

Lire l’article complet sur tsahal.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.