Le vent de Gezi souffle sur la rentrée dans les facs turques

La rentrée universitaire est marquée par la mise en cause d’étudiants et d’enseignants contestataires par les autorités.
La rentrée dans l’enseignement supérieur, qui démarre aujourd’hui en Turquie, laisse un goût amer à Harun Aksu et Kerem Arslan. Cette année, ces deux doctorants, qui étaient employés jusqu’alors comme chargés de recherches à l’université de Yeditepe, à Istanbul, cherchent du travail. «Début juillet, la direction des ressources humaines de l’université nous a donné un rendez-vous, racontent-ils, et nous avons été virés, sans qu’aucune explication ne nous soit donnée.» Les deux jeunes hommes n’ont aucun doute sur les raisons de leur renvoi et de celui d’un autre confrère: leur participation à la vague de révolte antigouvernementale au mois de juin. «Nous avons été très actifs, sur les barricades et sur Facebook.»
Dès le premier jour de la contestation, le recteur avait interdit au personnel de s’exprimer publiquement sur les manifestations qui secouaient le pays, «en violation totale de notre liberté d’expression», ajoutent-ils.

Lire l’article complet sur Le Figaro

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.