Aube dorée: un parti néonazi dirigé par un disciple des colonels

Un admirateur de la dictature de la fin des années 1960 et sa femme, une ancienne secrétaire qui représente la Grèce au Conseil de l’Europe, tiennent les rênes du parti néonazi Aube dorée, dont un membre présumé est accusé du meurtre d’un musicien antifasciste.
Affublé par la presse du sobriquet de «Führer» grec, Nikos Michaloliakos, 56 ans, le chef de Chryssi Avghi (Aube dorée), est un homme tout en rondeur et à la voix fluette, qui a été formé au contact de l’ancien colonel dictateur Georges Papadopoulos en prison, où il a fait deux séjours pour violences en 1976 et 1978.
Ces condamnations lui ont valu d’être radié de l’armée, où il suivait une formation de lieutenant.
Mais tout comme son épouse Eleni Zaroulia, il a aujourd’hui pleinement sa place sur l’échiquier politique grec, depuis qu’il a été élu député en juin 2012, avec 16 autres candidats d’Aube Dorée, mettant à profit la grave crise économique, un chômage galopant et le discrédit croissant de la classe politique traditionnelle.

Lire l’article complet sur Liberation

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.