L’ouverture de l’Iran, une chance à saisir avec prudence

Pour la première fois depuis la révolution de 1979, l’Iran et les Etats-Unis sont sur le point d’entrer dans des négociations directes. Mais l’Amérique doit veiller à maintenir une ligne ferme sur le nucléaire.
Lors de son discours à l’Assemblée Générale des Nations Unies la semaine dernière, le président Obama a mentionné 26 fois le nom de l’Iran, 21 fois celui de la Syrie, 15 fois celui d’Israël, 11 fois celui de la Palestine… et une fois celui de la Chine. Des statistiques auxquelles il faut se garder d’accorder trop d’importance, mais qui n’en traduisent pas moins une réalité : le Moyen-Orient, à travers les dossiers iranien, syrien et israélo-palestinien, concentre plus que jamais toutes les attentions de la première puissance mondiale. Trois dossiers qui interagissent les uns avec les autres. Plus le dossier Israël-Palestine semble bloqué, moins l’Amérique sort grandie de l’évolution en Syrie, et plus il est important qu’il puisse y avoir des avancées sur la question du nucléaire iranien.

Lire l’article complet sur Les Echos

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.