En Turquie, un «tournant démocratique» en trompe-l’œil

Plus que les Kurdes, les islamistes seront les véritables bénéficiaires des mesures annoncées lundi par le Premier ministre Erdogan.
Les résultats sont bien loin des attentes, comme le soulignent depuis quarante-huit heures les éditorialistes de ce qui reste de la presse indépendante et les ténors de l’opposition. A commencer par Kemal Kilicdaroglu, le leader du CHP, la grande force de la gauche héritière des valeurs de la République jacobine et laïque fondée par Mustapha Kémal sur les décombres de l’empire ottoman. «Le gouvernement a déserté face aux principaux problèmes de ce pays et nous a présenté ces réformes pour échapper aux pressions de la société», a-t-il affirmé, clamant que «c’est tromper le peuple que de présenter comme une réforme de démocratisation quelques amendements déjà résolus par la société».

Lire l’article complet sur Liberation

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.