La police turque épinglée par un rapport d’Amnesty

Au moins cinq manifestants ont trouvé la mort lors du mouvement de protestation, certains décès étant liés directement à des gaz lacrymogènes tirés à faible distance. D’autres ont subi un traumatisme crânien ou ont eu un œil crevé. C’est ce qui est arrivé à Hulya Aslan, 23 ans. Elle témoigne : ‘‘C‘était comme un film d’horreur. Tout mon visage était recouvert de sang. Je ne pouvais plus respirer. Du sang sortait de ma bouche, de mon nez, de mes oreilles’‘, raconte-t-elle.
Dans son rapport, Amnesty recommande un embargo international sur les exportations de gaz lacrymogènes vers la Turquie.

Lire l’article complet sur fr.euronews.com

Share This
249 0 Oct 2, 2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.