40 ans après la mort de Danny : rencontre avec une famille et des amis endeuillés

40 ans après la mort de Danny : rencontre avec une famille et des amis endeuillés

Pour arrêter l’attaque de l’armée égyptienne aux premiers jours de la Guerre de Kippour, Tsahal a combattu de dures batailles. Danny Teichler, un tankiste de la 14ème brigade des Corps des Blindés a dû remplir son devoir. Aujourd’hui, avec la présence de sa famille et de ses amis, le père de Danny a récité la prière du Kaddish en son honneur. Rencontre avec une famille et amis endeuillés depuis 40 ans pour qui Danny est toujours le jeune et fier homme de 20 ans.
Cela fait 40 ans que la famille Teichler a perdu un de leur fils, Danny. Il est mort durant la Guerre de Kippour en 1973, lors des combats contre l’armée égyptienne proche du Canal de Suez. Le temps n’a pourtant pas affecté la tristesse de ses amis et de sa famille. “La plupart d’entre nous sommes devenus parents, même grands-parents, mais dans notre mémoire, Danny a toujours 20 ans”, explique Arieh Zelikovitch, un ancien parachutiste et ami d’enfance de Danny. Chaque année, ils se rassemblent au mont Herzl à Jérusalem, à côté de la tombe de Danny pour réciter une prière et vont ensemble dans l’appartement de la famille Teichler, parlant des tristes et joyeux moments.
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/10/DSC_0146.jpg” align=”center” alt=”DSC_0146″]

Un ami exceptionnel

“On pouvait dire qu’on était des fauteurs de troubles”, se souvient Arieh, riant. “Nous n’écoutions personne. Même lors de la Guerre des Six jours en 1967, alors qu’il était absolument interdit de quitter l’école, nous l’avons fait malgré tout.” Danny restait toutefois un excellent étudiant et était apprécié de tous. Il a rejoint le mouvement du Bne Akiva et ses amis se rencontraient souvent chez lui. “Lorsque ses parents n’étaient pas là, on faisaient la fête comme des fous”, rappelle une des amies. Il était également très proche de sa famille. Il avait trois sœurs et est devenu oncle à l’âge de 17 ans. “Un jour, il a trouvé un jouet pour Ronit, ma fille et il était si content de lui donner”, raconte Nava, sa grande sœur.
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/10/dany-tank-2.jpg” align=”center” alt=”Danny”]
En février 1972, Danny a été recruté à l’armée. Il voulait devenir infirmier vu qu’il avait une certaine expérience dans le milieu ayant été volontaire pour quelques années pour le Magen David Adom (services d’ambulanciers). Il a pourtant été assigné au Corps des Blindés mécanisés. “A l’époque, tout le monde voulait devenir combattant mais on n’avait pas vraiment le choix”, explique Arieh. “Quelques mois après avoir commencé l’armée, je suis entré pour la première fois dans un tank et je ne pouvais pas l’imaginer assis si longtemps dans un si petit endroit.” Danny n’avait pas changé. Alors qu’il n’était pas exemplaire quant à sa discipline, il a su gagner l’amitié de ses collègues et de ses officiers. Il a fini le cours de commandant de tanks avec d’excellentes notes et a servi dans le Commandement de la Région Sud, dans la 14ème brigade.
Le vendredi 5 octobre 1973, Danny, posté à la base militaire de Hatserim près de Beer-Sheva, s’apprêtait à rentrer chez lui. “Je dois arriver à la maison avant le début du jeune”, a dit Danny à un de ses amis. Le commandant de sa compagnie a alors dit à ses soldats qu’ils devraient peut-être rester dans le sud. Le niveau d’alerte était plus élevé qu’à la normale et les soldats ont donc dû rester à la base militaire.
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/10/dany-tank.jpg” align=”center” alt=”dany-tank”]

En guerre au Sinaï

Le 6 octobre, Danny préparait son tank méticuleusement et soudain, l’ordre de sortir de la base a été donné. Les soldats ont entendu dans leurs radios qu’une frappe aérienne allait leur tomber dessus. L’attaque a visé les bases de Refidim et de Tessa à la frontière du Sinaï. La chaîne de son tank est alors sortie des roues qui il s’est alors retrouvé bloqué. Ils ont donc été obligés de le réparer en subissant les tirs égyptiens. Ils ont finalement pu rejoindre Tessa. Il a raconté plus tard à l’un de ses amis : “l’attaque d’hier était terrible. Beaucoup de nos amis sont partis. Si j’y retournais, je n’en reviendrais pas.”
Le dimanche 7 octobre, la nuit était calme autour de la position du tank de Danny (sur l’axe Telisman entre Tessa et Islamiya). Un autre membre du tank et lui parlaient alors qu’ils étaient de garde. “Je n’ai pas été à la maison depuis Roch Hachana. J’aurais aimé savoir ce que ma mère pense maintenant et savoir comment elle se sent. Je n’ai pas eu la chance de l’appeler”, a raconté Danny. Le lendemain matin, son tank a été détruit par un missile antitank. Il n’a pas survécu à l’explosion.
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/10/DSC_0153.jpg” align=”center” alt=”Arieh”]
“Je me souviens du jour où j’ai appris que Danny nous a quittés…j’ai perdu le plus cher ami à ce moment là”, se souvient Arieh. “40 ans plus tard, je suis toujours sous le choc. C’est toujours difficile d’en parler. C’était la meilleure amitié que je puisse espérer. Je ne l’ai jamais raconté mais parfois, je vais par moi-même sur sa tombe, pour lui parler et lui demander conseil.” Uri Ehrenfeld, un autre bon ami de Danny a le même sentiment. “Avec le temps, la compréhension de sa perte prend de nouvelles dimensions. Sans des soldats comme Danny qui ont arrêté les Egyptiens au coût de leur vie, nous n’existerions plus.”
La sœur de Danny, Judy, avait 13 ans en 1973. “En un jour, nos vies ont changé pour toujours. Nous avons dû nous adapter à une nouvelle et triste réalité. Lorsque j’essaye d’imaginer comment il serait aujourd’hui, je regarde ses amis, des personnes bonnes et sensibles, je sais alors que Danny leur ressemblerait. Cela me rend fier de Danny et de ses amis”, raconte Judy.
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/10/DSC_0112.jpg” align=”center” alt=”Judy”]
Nombreux membres de la famille n’ont jamais connu Danny et pourtant ils connaissent son histoire et son héritage. “Nous revivons sa vie à travers les histoires et cela nous rend inévitablement plus matures. Malgré toute la douleur, il y a aussi une fierté d’appartenir à cette famille. Je continuerai de visiter la tombe de Danny chaque année”, raconte Dana, la nièce de Danny.
Cette perte tragique n’est malheureusement pas la seule tragédie qui a frappé la famille Teichler. Nava, la sœur de Danny, a appelé son enfant Danny en mémoire de son frère. Il a rejoint la Brigade Nahal et a servi en tant que vice-commandant de compagnie. En 2002, il a été tué par des terroristes à Hébron.
[image link=”https://tsahal.fr/files/2013/10/DSC_0082.jpg” align=”center” alt=”DSC_0082″]
Nous oublions souvent les sacrifices qu’il a fallu faire pour que le pays survive aux guerres d’Israël. La famille Teichler et ses amis sont un exemple pour nous tous. Un exemple de patriotisme, un exemple d’unité, un exemple de personnes se souvenant de leur passé et qui regardent vers le futur. Aujourd’hui, nous honorons Danny et les 2689 soldats qui ont perdu leur vie durant la Guerre de Kippour.

Source: Tsahal: Armée de Défense d’Israël

Share This
512 7 Oct 10, 2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.