Une vidéo accablante pour le Hezbollah en Syrie

Comment le Hezbollah peut-il encore prétendre siéger au gouvernement libanais ?
Le parti chiite exécute des blessés : une mission divine
Une vidéo particulièrement violente et déconseillée aux âmes sensibles a été mise en ligne le 08 octobre 2013 et diffusée par plusieurs télévisions le 09 octobre. Elle montre comment le Hezbollah a achevé des blessés syriens sur “ordre divin” : “Nous ne nous vengeons pas, mais exécutons les directives”, dit textuellement un responsable du parti chiite faisant allusion aux ordres venus de Téhéran.


La date de la vidéo reste à ce stade indéterminée, mais selon toute vraisemblance, elle a été tournée au lendemain de la chute d’Al-Qussayr, dans la province de Homs. D’une grande cruauté, le document restitue avec une grande fidélité les pratiques du parti chiite libanais, totalement inféodé à l’Iran et mis au service de Bachar Al-Assad par le Guide de la République islamique d’Iran.
Cette vidéo doit impérativement être visualisée par l’opinion publique pour comprendre les mensonges du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui affirme que sa présence en Syrie est uniquement destinée à protéger les lieux saints du chiisme. Elle doit également réveiller les alliés du parti, notamment le Courant Patriotique Libre du général Michel Aoun, dont les troupes avaient été victimes des mêmes exactions, infligées par l’armée syrienne que défend aujourd’hui le Hezbollah. Ce fut le cas particulièrement le 13 octobre 1990, à Souk El-Ghareb, à Kahalé, à Bsous, à Baabda, à Yarzé, ou encore à Dahr El-Wahche… Le même Courant Patriotique Libre semble lui aussi touché par le virus du mensonge, puisqu’il ose célébrer des messes à la mémoire des martyrs de l’armée libanaise tout en cautionnant ses bourreaux…
Ce document, parmi tant d’autres, doit aussi et surtout pousser les Libanais à refuser, une fois pour toute, les conditions imposées par le Hezbollah pour former un gouvernement. Le parti de Dieu, devenu un « parti du Diable », ou du moins « un conglomérat de mercenaires criminels » comme l’appellent désormais les dissidents du parti, exigent le tiers de blocage au sein de l’Exécutif. Son comportement en Syrie devrait lui ôter définitivement ce droit. Mieux encore, ses dirigeants doivent comparaitre devant la justice. Mais comme l’avait déjà souligné Hassan Nasrallah, « les prévenus dans l’assassinat de Rafic Hariri ne seront pas livrés à la justice, ni dans 3 ans, ni dans 30 ans, ni dans 300 ans ».
Enfin, la communauté internationale doit boycotter les représentants du Hezbollah, directement ou indirectement responsables de ces exactions et exécutions sommaires. Mais cette communauté internationale a-t-elle encore le courage d’une telle décision, alors qu’elle a renoué avec l’autre boucher de Damas, Bachar Al-Assad ? Nous assistons en effet à la plus grave mascarade de l’Histoire, menée conjointement par Vladimir Poutine, Barack Obama, John Kerry et leur agent Bachar Al-Assad. Mais il s’agit là d’une autre affaire à suivre…
 
Dario S.

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This
501 9 Oct 10, 2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.