Investissements étrangers

De nombreuses banques européennes ou américaines s’intéressent au marché israélien. Les candidates sont américaines, canadiennes, mais aussi françaises, hollandaises, italiennes et allemandes. Elles mènent leurs recherches sur deux fronts: d’abord, vérifier si certains emplacements peuvent effectivement correspondre à leurs activités ; ensuite, elles doivent mener des tractations pour, en ca sde réussite dans leur première démarche, obtenir les autorisations indispensables au lancement de leurs activités. Un cadre haut placé de la Banque d’Israël a confirmé ces informations. Cependant, il a refusé de donner plus de détails, et il n’a pas accepté de révéler les noms des sociétés concernées. «Nous n’avons absolument pas le droit de nous prononcer à ce sujet. Nous sommes tenus de garder le secret, a déclaré le cadre interrogé par le journal Mamone .» Quatre banques disposent de succursales qui travaillent en Israël sous la supervision de la Banque Centrale. Ces banques étrangères présentes sont la City Bank américaine, la HSBC suisse, rue Rotschild à Tel-Aviv, la BFP hollandaise, et la Bank Off India, comme son nom l’indique, à Ramat-Gan. En revanche, 7 autres banques étrangères ne sont pas placées sous l’égide de la Banque d’Israël, car elles n’entrent pas en contact avec le grand public: la banque suisse Safra, le C.A. français, La Banque suisse de crédit, la banque industrielle française de crédit, la banque Union suisse, et la banque américaine Chase de Manhattan. .

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.