Indigné par les écoutes américaines, Israël réclame la libération de Pollard

Olmert et Barak figurent sur une longue liste de cibles surveillées dans une soixantaine de pays par la NSA, selon le New York Times.
La justice américaine a condamné M. Pollard à la réclusion à perpétuité pour espionnage, mais les révélations sur l’étendue du programme d’espionnage américain ont relancé en Israël les appels à sa libération.
Ils ont été amplifiés par des informations publiées dimanche par le Yediot Aharonot, selon lesquelles l’ambassade des États-Unis à Tel-Aviv a loué en 2007 un appartement en face de celui de M. Barak, alors ministre de la Défense, et y a installé “une grande quantité de matériel électronique”.
Dans le quotidien Maariv, l’éditorialiste Nadav Eyal a cependant choisi de prendre les nouvelles révélations avec humour : “Si le téléphone personnel de (la chancelière allemande) Angela Merkel a été mis sur écoute par les Américains, à quoi Israël pouvait-il s’attendre ? Cela serait presque une insulte de la part des États-Unis de ne pas essayer”.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This
442 2 Dec 22, 2013

1 comment

  1. Akerman Michel Israël

    Il y a bien trop longtemps que les Etats-Unis retiennent Jonathan Pollard dans des conditions indignes.
    Cela ne les empêche pas d’espionner Israël (et d’autres pays) qui est sensé être leur allié.
    Il suffirait de refuser de recevoir le valet d’Hussein Obama, ce Kerry antisioniste, qui rêve de faire revenir Israël dans les lignes de cessez-le-feu de 1949 alors que le négationniste Abou Mazen rêve, tout comme l’Iran, de faire disparaitre notre pays tout entier avec les Juifs qui y habitent.
    Les Américains savent donc TOUT ce qui se passe en Iran, dans la bande de Gaza ou à la Moukata et c’est pourtant nous qui devons faire des concessions ! Allons-nous enfin nous réveiller ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.