Bet Haggaï en deuil: portrait des victimes

Bet Haggaï, petite localité religieuse de plus de 500 habitants située près de Hébron, a été durement frappée mardi soir par la terrible attaque terroriste qui a couté la vie à quatre de ses résidents. Fondée en 1984, il s’agit d’un village communautaire où vivent de très nombreux enseignants et il y règne une solidarité exceptionnelle. Tout le monde se connaît et s’entraide chaque fois que le besoin s’en fait sentir et les gens sont bien entendu profondément marqués par cette tragédie. Mais il y a les enfants qu’il faut malgré tout préserver. Cela ne veut pas dire que leurs parents leur ont caché la vérité. Mais il a fallu ensuite les emmener à l’école avec le sourire, pour leur premier jour de classes, qui va être difficile pour eux comme pour leurs professeurs. Itshak et Talia Imass, âgés respectivement de 47 et 45 ans, font partie des victimes. Ils étaient originaires de Russie mais vivaient depuis de longues années en Israël. Lui se passionnait pour tout ce qui touchait le Har Habayit, le Mont du Temple, et elle avait découvert, depuis quelques temps, le plaisir des promenades du vendredi matin, dans des coins peu connus de la région. Pour tous ceux qui les connaissaient, c’étaient des gens très idéalistes, qui avaient dû traverser de nombreuses difficultés dans leur vie sans se décourager pour autant. Ils laissent malheureusement six orphelins dont l’aîné est marié. Kokhava Even-Haïm, 37 ans, mariée et mère d’une fillette de 11 ans, a également été assassinée dans cet attentat. Elle était enseignante dans une école de la localité d’Efrata, dans le Goush Etsion. Elle vivait depuis 18 ans à Bet Haggaï où elle avait suivi son mari, Momi. Ce dernier, bénévole dans l’organisation de secours Zaka, était parmi les premiers sur les lieux du drame et il a alors découvert avec horreur le corps sans vie de son épouse. Le couple, qui n’avait pas réussi à avoir d’autres enfants, donnait sans compter aux jeunes de la localité en réalisant une activité sociale très appréciée. Avishaï Schindler, 24 ans, était un jeune marié. Il avait décidé de s’établir à Bet Haggaï avec sa femme qui avait été responsable, plus jeune, du Bné Akiva local. L’un de ses camarades a raconté que le couple s’était parfaitement intégré dans la vie communautaire du Yichouv. « Avishaï était toujours de bonne humeur et plein de vie ». Le chef du conseil régional du Har Hébron, Zvika Bar-Haï, a évoqué avec émotion le souvenir des quatre victimes. Il a ajouté: « Bet Haggaï est une localité

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This
323 0 Sep 1, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.