«L’heure de vérité a sonné»

Pour le vice-ministre de l’Education, le scénario de la reprise des pourparlers entre le Premier ministre et Mahmoud Abbas n’a jamais été un secret pour personne: «Je l’avais déjà exprimé dès la décision de suspendre la construction: Abou Mazen ne s’assoira à la table des négociations que vers la fin de cette période. Et alors, il fera du chantage et émettra la condition que les pourparlers politiques ne continueront que si le gel est maintenu.» Le vice-ministre a tenu à préciser que d’autres parlementaires s’étaient prononcés de la même façon que lui: «Celui qui connaît un peu les mentalités et le marchandage a compris sans l’ombre d’un doute que ces dix mois d’interdiction de construire ne représenteraient rien de moins qu’un cadeau gratuit pour le camp adverse, et qu’il pourrait rester assis sans rien faire. A présent, il leur est facile, à la fin de la période du gel, de se montrer exigeants et d’essayer d’imposer des conditions sans lesquelles ils menacent de ne quitter les négociations. Nous avons été nombreux à prévenir le Premier ministre du danger de sa démarche, mais il a insisté pour nous rassurer. Il a affirmé qu’il n’était pas question pour lui de céder à des pressions de ce genre. J’espère que le Premier ministre et les ministres n’accepteront en aucun cas de se plier à leurs exigences, pas même l’espace d’un seconde.» Pour Poroush, ce qui pourrait sauver la situation serait d’exercer une contrepression politique, qui pourrait alors empêcher Netanyahou de céder pas aux pressions américaines. Cependant, le parti religieux (Union du Judaïsme de la Torah) dirigé par le parlementaire ne prévoit pas de quitter la coalition gouvernementale en guise de protestation, si le décret est reconduit: «Je refuse de répondre à cette question, du moins à ce stade des développements. Il ne faut pas accorder une importance démesurée aux discours de Washington ni aux autres ; ce qui importe, ce sont les actes, même si certains peuvent déceler de fortes ressemblances entre le discours de Netanyahou et ceux de Rabin ou de Pérès, dans un contexte semblable. Tout d’abord, nous devons en avoir le cœur net: Netanyahou, oui ou non, résistera-t-il aux pressions qui marquent, comme prévu, la fin de la période de gel?»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.