Génocide arménien: les condoléances d’Erdogan montrent une Turquie aux abois

Quelle confiance accorder à cet Etat qui affirme que “les centaines de milliers de documents se trouvant dans nos archives sont mis à la disposition des tous les historiens” lorsqu’on sait que celles de l’Organisation Spéciale – en charge du génocide – dépendent du bureau du premier Ministre, celui-là même qui a adressé ses “condoléances”, et qu’elles sont toujours sous clés? Lorsqu’on sait aussi que les archives cadastrales ottomanes ont été intégralement falsifiées pour masquer l’ampleur des spoliations qui accompagnèrent le génocide? Lorsque, comme il me l’a été révélé, un étudiant de mastère dans une université française se voit refuser l’accès aux archives turques – même sur un sujet non arménien – au prétexte que son encadrant universitaire français est “suspect” aux yeux des autorités turques (qui, au passage, sont étonnamment bien informées car l’université ne divulgue pas les listes d’étudiants de mastère et les encadrants associés).

Lire l’article complet sur huffingtonpost.fr

Share This
276 1 Apr 26, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.