Que prévoit l’accord de réconciliation palestinienne ?

Le Hamas et l’Organisation de libération de l’autorité palestinienne (OLP) ont conclu, dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 avril, un accord de réconciliation. Cet accord vise à mettre fin à la division politique et à la partition de fait entre la bande de Gaza et la Judée et Samarie. Depuis la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza en 2007, l’Autorité palestinienne n’exerce plus son autorité que sur la Judée et Samarie.
Le Hamas et le Fatah, principal parti de l’OLP, ont déjà signé des accords au Caire (en mai 2011) et à Doha (en février 2012, réaffirmé au Caire en mai 2012). Faute d’entente sur les modalités d’application de ces accords, les échéances fixées ont été constamment repoussées. De nombreuses difficultés ne manqueront pas de jalonner la mise en œuvre de ce nouvel accord. S’il fixe un cadre et un calendrier pour la tenue d’élections, il ne dresse aucune ligne directrice concernant les principaux points de désaccord : l’unification des services de sécurité palestiniens ; la structure des nouvelles institutions nationales ; et la position qui sera adoptée vis-à-vis d’Israël, le Hamas ne reconnaissant pas son existence.
L’accord signé à Gaza entre l’OLP et le Hamas comporte sept points, dont les principaux sont :
– La formation d’un gouvernement d’union
– Des élections après six mois
– La restructuration de l’OLP
– Libération de prisonniers
– Des commissions de réconciliation
 
Les défis de la réconciliation
L’unification des services de sécurité palestiniens
Le Djihad islamique absent de l’accord
Réconciliation et négociations de paix

Lire l’article complet sur Le Monde

Share This
287 0 Apr 26, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.