Erdogan et l’art de la victimisation

Le gouvernement actuel est puissant et possède une forte base sociale. Pourtant loin d’adopter une attitude ouverte et à l’écoute, le Premier ministre Erdogan et son parti, poursuivant leur stratégie de victimisation, ne montrent aucune tolérance envers les critiques de l’opposition.
Il est plus facile de faire preuve de tolérance envers les critiques et les dissidents quand on est au pouvoir. On se montrera ainsi plus tolérant en l’absence de menace existentielle. Et plus on perçoit la menace, moins l’on devient tolérant. Cela a été le cas des Empires par le passé, qui se sont montrés très tolérants durant leurs âges d’or et qui l’ont été de moins en moins pendant leur phase de déclin. Si la tolérance envers les critiques est plus facile quand on a le pouvoir, et si cette règle s’applique aux peuplse, aux sociétés et aux systèmes politiques, cela ne se vérifie pas dans le cas de la Turquie.

Lire l’article complet sur zamanfrance.fr

Share This
255 6 May 20, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.