Entre Kurdes et Israéliens : une alliance des minorités est-elle possible ?

Le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a demandé hier à son Parlement d’organiser un référendum d’indépendance, alors que la région bénéficie déjà d’une autonomie par rapport à Bagdad. Auparavant, c’est le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou qui déclarait encourager les Kurdes dans cette démarche.
Il n’en fallait pas plus pour enflammer davantage les tensions ethniques entre Irakiens. En effet, durant la séance parlementaire de mardi, un député chiite du bloc de Maliki présentait Massoud Barzani comme « un traître et un agent », et accusait les Kurdes « d’exporter le pétrole en Israël » et de « mettre en berne le drapeau national ».
Effectivement, l’exportation de pétrole du Kurdistan irakien à destination d’Israël est une réalité mais cela suffit-il à imaginer une possibilité d’alliance durable entre les deux minorités ? Dans un article pour le Jerusalem Post, intitulé « The Kurds and Israel : Straws the wind », Neville Teller propose une réflexion sur l’histoire commune de ces deux peuples et leur opportunité de coopération
Le parallèle que soulève l’auteur est intéressant à plus d’un titre. En effet, les Kurdes tout comme les Israéliens ont vécu pendant des siècles avec le statut de minorité. Tous deux ont revendiqué la création d’un État fondé sur une base soit exclusivement ethnique, soit exclusivement religieuse. Et si l’État d’Israël a fini par être créé, l’auteur considère que les événements actuels pourraient profiter aux Kurdes dans leur volonté d’indépendance. M. Teller met en exergue les paradoxes de la situation actuelle parfaitement illustrés par la politique du Premier ministre turc M.Erdogan qui refuse aux Kurdes toute possibilité d’autonomie en Turquie tout en soutenant leur indépendance en Irak afin d’affaiblir cet État frontalier.
En outre, M.Teller rappelle que le 25 juin, le responsable des relations extérieures du parti kurde en Syrie, Amir Abdi, déclarait au Jerusalem Post souhaiter « une relation forte avec l’État ami Israël ». L’auteur affirme enfin que si le Kurdistan irakien obtenait son autonomie, Israël serait le premier État à le reconnaître. Dès lors, l’alliance entre les deux minorités n’apparaît pas seulement comme possible, mais comme ouvertement souhaitée. Celle-ci risquerait toutefois d’avoir au moins trois conséquences. Elle déséquilibrerait encore plus le rapport de forces entre les États arabes et Israël en faveur de ce dernier. Elle fragiliserait les autres États comprenant une population kurde. Elle entérinerait, enfin, la légitimation de la création d’État sur des bases exclusivement ethnique et/ou religieuse et ouvrirait donc la voie à d’autres revendications minoritaires.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This
347 9 Jul 4, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.