Afrique du Sud: la tuerie de Marikana indigne d’une démocratie

PRETORIA, 15 juillet 2014 (AFP) – La fusillade policière de Marikana qui a fait 34 morts parmi des mineurs en grève sauvage le 16 août 2012, est une tragédie indigne d’une démocratie comme l’Afrique du Sud, a admis mardi Nathi Mthethwa, le ministre de la Police de l’époque.
Toujours membre du gouvernement mais passé à la Culture, M. Mthethwa témoigne depuis lundi devant la commission d’enquête chargée d’élucider les circonstances dans lesquelles la police a ouvert le feu sur ce rassemblement de mineurs, ayant rompu avec leur syndicat national et débrayé illégament pour contester leurs salaires.
“Ce genre de chose ne doit pas se produire dans une démocratie”, a déclaré M. Mthethwa, qui a démenti avoir subi ou exercé la moindre pression pour que la police intervienne comme elle l’a fait.
Trente-quatre mineurs du groupe britannique Lonmin ont été abattus par la police à Marikana, et plus de 70 blessés le 16 août 2012, la pire fusillade depuis la fin du régime raciste d’apartheid.
Aucun responsable n’a été inquiété à ce jour. La police a toujours plaidé la légitime défense bien que l’enquête ait montré qu’une partie des victimes ont été pourchassées, abattues ou achevées par des balles dans le dos ou à bout portant, et que la police a ensuite menti, dissimulé, falsifié ou antidaté des preuves.

Lire l’article complet sur afriqueexpansion.com

Share This
213 7 Jul 16, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.