À Sarcelles : « Tu leur montres une carte, ils ne savent même pas où est l’autorité palestinienne ! »

On ne quitte jamais vraiment Sarcelles quand on y est né, même si l’on est parti vivre dans les beaux quartiers. La pizzeria à côté, elle aussi tenue par un Juif, a vu sa devanture saccagée. À côté, la boucherie halal La Ferme d’Afrique est intacte. Même chose pour le supermarché Istanbul. Une agence Western Union et un magasin de pompes funèbres ont également été pris pour cible. Renaud, un grand Black, raconte: «Je suis ami avec des Juifs, on joue ensemble au rami le dimanche soir. Quand j’ai vu la tournure des événements, je leur ai dit de ne pas venir, ça allait éviter les embrouilles.» Michaël, un Juif de 45 ans, travaille dans une entreprise de vitrerie et de serrurerie. Dimanche soir, il a été appelé par la police de Sarcelles pour sécuriser les vitrines des commerces pris pour cible. La veille, il avait été appelé à Barbès. «Remercie les casseurs, ça te donne du boulot!», rigole son cousin. «Oui, grâce à Dieu, je travaille», répond Michaël.
Sur la place, des Sarcellois discutent. «Attention,planque-toi, voilà un Arabe», lance en riant une femme juive à une autre en voyant arriver un ami commun. «Dimanche, ils sont allés taper des clopes dans le bureau de tabac. Mais à quoi ça leur sert?», demande une femme voilée. «À les revendre!», répond un autre. «Mon frère, ce conflit se passe au bout du monde et ils sont en train de tout casser ici? Tu leur montres une carte, ils ne savent même pas où est l’autorité palestinienne!», lance un grand Black. «Oui, mais ils savent tous où est Sarcelles», soupire un Beur.

Lire l’article complet sur Le Figaro

Share This
387 2 Jul 21, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.