UNRWA, UNHCR: entre droits de l’Homme et soutien au terrorisme

Depuis le début de l’opération militaire israélienne Haie de protection, les projecteurs sont braqués sur l’Agence onusienne pour les réfugiés Palestiniens au Moyen-Orient (UNRWA), ses services et ses infrastructures, suite à la découverte de munitions dans certaines de ses écoles à Gaza.
Suite à ces découvertes, l’UNRWA a “fermement condamné le ou les groupes responsables d’avoir placé des armes dans l’une de ses installations, ceci étant une flagrante violation de l’inviolabilité de ces locaux au regard du droit international (…) cet incident, le premier du genre à Gaza, met en danger les civils et les employés et nuit à la mission vitale de l’UNRWA d’aider et de protéger les réfugiés de Palestine à Gaza”, selon le communiqué officiel.
Toutefois, rien de tout cela n’est nouveau – ni surprenant – car l’UNRWA a une longue histoire de liens documentés et prouvés avec les terroristes. Ceci, a été admis par le commissaire général de l’agence en 2004 quand il a déclaré “je suis sûr qu’il y a des terroristes du Hamas parmi les employés de l’UNRWA mais je ne vois pas ça comme un crime”.
L’implication de l’UNRWA dans la société palestinienne est plus qu’unique. Son rôle s’est étendu de simple relais pour réfugiés à l’une des institutions palestiniennes les plus importantes et influentes. En effet, l’agence emploie aujourd’hui 30.000 personnes, dont la plupart sont Palestiniens. Ceci fait de l’UNRWA le plus grand employeur en Judée et Samarie et dans la bande de Gaza, et une institution indispensable à l’économie palestinienne. Aussi y a-t-il une forte incitation économique à maintenir l’organisation prospère.
En outre, il y a une corrélation claire entre les écoles de l’UNRWA et son personnel. Par exemple, en 2008, Awad al-Qiq, le directeur d’une école réputée de la bande de Gaza et professeur de sciences qui a travaillé pour une école de l’UNRWA, était également le superviseur en chef de la fabrication de roquettes pour le djihad islamique.
En 2002, Nidal Abd al-Fattah Abdallah Nazzal, un chauffeur ambulancier de l’UNRWA à Qalqiliya (Judée et Samarie) a admis qu’il était terroriste du Hamas et qu’il avait transporté des munitions dans son ambulance en profitant de la liberté de mouvement accordée aux véhicules de l’UNRWA par Israël.

Lire l’article complet sur i24news.tv

Share This
252 3 Jul 27, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.