Benoît Rayski – Voici les raisons (dures et difficiles) pour lesquelles Israël doit s’arrêter de pilonner Gaza

En 1982 Tsahal faisait le siège de Beyrouth où étaient retranchés les combattants de Yasser Arafat (l’armée libanaise restant prudemment dans ses casernes). Des obus tombaient sur la ville où étaient présents de nombreux journalistes étrangers. Ils envoyaient des images. Toujours les mêmes. Des civils, parfois des enfants, tués. Et ces images faisant le tour du monde. Pierre Mendes France s’adressa alors au pays (Israël) dont il était l’ami : “on ne fait pas la guerre de la même façon qu’avant quand il y a les cameras de télévision”. Pierre Mendes France était un homme honnête, intègre, courageux et il avait milité jusqu’à son dernier souffle pour tenter de jeter une passerelle entre Israéliens et Palestiniens.
Il mesurait bien-sûr l’impact affligeant, exagéré et émotionnellement dévastateur de ces images. Toutefois, homme de paix, il gardait les yeux ouverts sur la guerre menée par le monde arabe contre Israël : “d’un coté il y a des gens qui veulent continuer à vivre, de l’autre des gens qui crient qu’il faut les tuer”. Des images identiques nous parviennent de Gaza et peu importe que certaines d’entre elles soient des mises en scène du Hamas. Peu importe qu’elles soient toujours – le Hamas contrôle étroitement les journalistes sur place- focalisées sur les corps des civils et jamais sur ceux des combattants. Peu importe… Chacune de ces images est une défaite pour Israël. Il doit s’arrêter.
Les réalistes diront, non sans raison, que je ne suis pas en Israël où tombent les roquettes des fanatiques du Hamas. Certes, mais je ne suis pas non plus à Gaza… Ils diront aussi, toujours avec raison, qu’un Etat a le droit de se défendre. Certes mais Israël a -c’est comme ça- plus de devoirs que de droits. Ces devoirs -là- il ne les a pas choisis. Israël est situé dans une région où le sang coule avec la force d’un tsunami. Presque 200 000 morts en Syrie, des torturés, des égorgés. Des tueries abominables en Irak. Des centaines de Frères Musulmans abattus par l’armée égyptienne. Et, bien avant, des milliers et des milliers de Palestiniens tués par l’armée jordanienne. Sans parler du massacre de Hama ( 10 000, 20 000 morts ? ) perpétré par le père de l’actuel boucher syrien. Mais ce sang là n’intéresse personne. Car son image ne ferait guerre d’audience en prime-time. Seul le sang que font couler les Israéliens fait recette. C’est injuste ? Bien sûr. Mais c’est ainsi.

Lire l’article complet sur atlantico.fr

Share This
408 0 Jul 31, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.