Lutte contre l’Etat islamique : pourquoi la position de la Turquie est-elle ambiguë ?

Depuis plusieurs mois, des terroristes islamistes transitent par la Turquie pour se rendre en Irak ou en Syrie. Pourtant, Ankara s’est engagée a minima dans la coalition internationale destinée à lutter contre les jihadistes.
Elle est la plus proche géographiquement et pourtant, elle figure parmi les pays les plus réticents. Située à une position clé, entre l’Europe, la Syrie et l’Irak, la Turquie fait preuve d’une position ambiguë face à ses partenaires internationaux dans la lutte contre l’Etat islamique (EI). Présente lundi, lors de la conférence à Paris chargée de déterminer le cadre de l’intervention internationale et le rôle de chacun, la Turquie avait toutefois déjà prévenu qu’elle refusait toute idée de participation d’ordre militaire.
Le 11 septembre, lors d’une réunion à Djeddah, en Arabie saoudite, en présence des Etats-Unis et de dix pays du Moyen-Orient, la Turquie a été la seule à refuser la signature du communiqué final sur le renforcement des mesures contre l’EI. Si elle ne tiendra pas un rôle actif dans la coalition contre les jihadistes, elle a néanmoins accepté d’apporter un soutien logistique, ainsi qu’une aide humanitaire.
Le pays, membre de l’Otan, est pourtant directement concerné avec plus de 1 000 de ses ressortissants embrigadés par l’Etat islamique, selon le New York Times (en anglais), qui rapporte les estimations de médias et du gouvernement turcs. Pourquoi la Turquie fait-elle preuve d’autant d’hésitation et prend-t-elle autant de précautions lorsqu’elle s’exprime publiquement sur la question?

Lire l’article complet sur francetvinfo.fr

Share This
443 1 Sep 19, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.