Shraga Blum – Il est temps pour Peres, Beilin et les autres “artisans de la paix” de faire acte de repentance

La période actuelle qui précède le Nouvel An juif est destinée selon la tradition juive à une introspection et à un bilan de nos actes et décisions.
A ce propos, il y a quelques jours, le journaliste Ouri Misgav, de « Haaretz » s’insurgeait contre le fait que les dirigeants politiques n’avaient pas le courage d’assumer leurs responsabilités et de reconnaître leurs erreurs éventuelles face à leur population. Naïvement j’ai immédiatement eu à l’esprit les architectes des Accords d’Oslo ou les promoteurs et soutiens du désengagement de la Bande de Gaza qui n’ont amené que sang et larmes depuis plus de vingt ans. Que nenni, le journaliste parlait de Binyamin Nétanyahou pour sa gestion de l’Opération « Bordure Indestructible » « Haaretz » reste donc fidèle à lui-même.
La délicate situation sécuritaire dans laquelle se trouve Israël aujourd’hui est pourtant la résultante des Accords qui furent tissés et signés il y a 20 ans et de l’abandon du Goush Katif en 2005, qui fut l’un de leurs contrecoups.
Lisez bien cette phrase : « Le test d’Oslo sera celui du sang : est-ce que ces Accords entraîneront davantage de violence et de sang qu’avant leur mise en oeuvre ou moins ? ». Cette question posée juste après leur signature n’émanait pas de la bouche d’un opposant à ces Accords mais de celle de l’un des principaux maîtres d’oeuvre: Dr. Yossi Beilin lui-même.
Interviewé récemment à l’occasion du 20e anniversaire de la signature des Accords d’Oslo, Dr. Beilin a oublié la question qu’il avait posée il y a vingt et un ans et n’éprouve pas le moindre remord, bien au contraire. Malgré les chiffres incontestables il met même en doute l’aggravation de la situation sécuritaire depuis 20 ans et donne cette réponse qui laisse pantois : « La droite nous accuse de vouloir faire des concessions unilatérales, mais nous, nous parlons d’une paix signée. Contrairement à la droite, je suis persuadé qu’en cas de signature d’un accord de paix les Arabes palestiniens nous laisseront vivre tranquillement » Le Dr. Beilin est même « convaincu que le Hamas également respectera un accord de paix signé avec Abou Mazen ‘Mahmoud Abbas (ndlr) » Son obstination touche aussi le Plateau du Golan, qu’il souhaite céder à la Syrie même en cas de prise de contrôle du pays par Al-Qaïda ou d’autres groupes islamiques « Un accord international signé est très difficile à violer » explique-t-il pour justifier ses prises de position concernant chaque volet du conflit israélo-arabe. Et quid de la Vallée du Jourdain, face à la menace de Da’ech sur la stabilité de la Jordanie ? « Seule une force internationale dirigée par les USA dans la Vallée du Jourdain permettra de protéger Israël, mais Tsahal ainsi que les villages juifs de cette région doivent la quitter ». On ne sait s’il faut rire ou pleurer…

Lire l’article complet sur i24news.tv

Share This
644 7 Sep 21, 2014

1 comment

  1. Pingback: ISRANEWS du 22 septembre 2014 | The informant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.