Tsahi Hanegbi veut progresser dans sa carrière

La carrière politique de l’ancien ministre Tsahi Hanegbi, ancien président de la Commission parlementaire des affaires étrangères et de la défense, risque-t-elle d’être compromise? C’est un sujet qui préoccupe beaucoup les médias, ce dimanche, alors que le parquet hésite encore à réclamer du tribunal qu’il considère le délit dont il a été reconnu coupable comme « déshonorant ». Rappelons que Hanegbi, impliqué il y a quelques années dans une affaire de fraude et de corruption électorale, a été innocenté pour ces infractions mais a, en revanche, été reconnu coupable de faux témoignage. L’objectif de Hanegbi, à présent, est clair: il cherche à convaincre le tribunal de ne pas jeter l’opprobre sur sa personne, ce qui l’empêcherait de progresser dans sa carrière. Pour cela, il a recueilli les signatures de personnalités éminentes, dont un Prix Nobel, Elie Wiesel, et plusieurs hommes politiques israéliens tels que l’ancien président de l’Etat Itshak Navon, trois présidents de la Knesset, Ruby Rivline (actuellement en poste), Dalia Itsik et Dan Tichon. Parmi les signataires, on compte également le général de réserve Guiora Eiland, l’ambassadrice d’Israël à l’Onu Gabriella Shalev, et les écrivains Eli Amir et Yoram Kaniouk. Hanegbi espère que le soutien de taille dont il bénéficie à présent l’aidera à plaider sa cause devant le tribunal et à reprendre rapidement ses activités favorites. Toutefois, il ne serait pas encore tiré d’affaire. En effet, dans quelques semaines, l’accusation compte déposer un nouveau recours contre l’acquittement de Hanegbi, accusé à l’époque d’avoir procédé à des nominations politiques lorsqu’il occupait le poste de ministre de l’Environnement.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This
343 0 Sep 12, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.