Daniel Pipes – Les Américains ouvrent les yeux sur l’islamisme

Version originale anglaise: Americans Wake Up to Islamism

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

par Daniel Pipes

National Review Online

7 septembre 2010

 

Le scandale à propos du centre islamique, appelé de divers noms la mosquée Ground Zero, Cordoba House, et Park51, a de fortes implications pour l’avenir de l’islam aux États-Unis et peut-être au-delà.

Une interprétation d’artiste du projet de Centre islamique près de Ground Zero.

Le débat est aussi imprévu qu’il est extraordinaire. On aurait pu penser que l’événement susceptible de toucher le point sensible du corps politique américain, en faisant de l’islam un enjeu national, serait un acte de terrorisme. Ou la découverte que les islamistes avaient pénétré dans les services de sécurité américains. Ou les résultats consternants de la recherche par sondage. Ou un discours présidentiel de repentance.

Mais non, quelque chose de plus symbolique a semé le trouble dans le corps politique – la perspective d’une mosquée à proximité de l’ancien emplacement du World Trade Center. Ce qui avait commencé comme une question locale de répartition en zones s’est transformé, au cours des mois, en un débat national avec de potentielles répercussions de politique étrangère. Sa qualité symbolique est du même ordre qu’un modèle mis en place dans d’autres pays occidentaux. Les vêtements islamiques sur les femmes ont incité à des débats nationaux répétés en France à partir de 1989 et au-delà. La Suisse a interdit la construction de minarets. Le meurtre de Theo van Gogh a profondément affecté les Pays-Bas, comme l’a fait la publication de caricatures de Mahomet au Danemark.

Curieusement, l’emplacement du centre islamique avait généré des semaines de controverse et c’est seulement après cela, que l’affaire des individus, des organisations, et du financement à l’origine du projet finalement vient à être connu -bien que ceci évidemment importe plus que l’emplacement.

Personnellement, je n’ai rien contre une institution musulmane vraiment modérée à proximité de Ground Zero ; par contre, je trouve inadmissible la construction d’une institution islamiste quel que soit l’endroit. Ironie de la chose, la construction du centre à seulement deux pas de ce Ground Zero, compte tenu de l’émotion intense que cela a suscité, se retournera probablement avec le temps contre les intérêts des musulmans aux États-Unis.

Cette nouvelle sensiblerie marque le début d’une étape difficile pour les islamistes aux États-Unis. Bien que leurs origines comme force organisée remonte à la fondation de l’Association des Etudiants Musulmans en 1963, ils sont venus à la maturité politique dans le milieu des années 1990, quand ils sont apparus comme une force dans la vie publique des États-Unis.

Je me défendais contre les islamistes à l’époque et les choses se passaient mal. C’était, concrètement, juste Steven Emerson et moi contre des centaines de milliers d’islamistes. Lui et moi ne pouvions pas trouver un soutien intellectuel, de l’argent, l’intérêt des médias, ou un soutien politique, de façon suffisante. Notre situation était totalement désespérée.

Richard H.Curtiss en 1999 a prédit que les musulmans américains suivraient le chemin de Mahomet vers la victoire.

Le creux de la vague pour moi est arrivé en 1999 quand un officier de carrière à la retraite du service étranger américain du nom de Richard Curtiss parla au Congrès américain du “potentiel de la communauté musulmane américaine” et compara sa progression aux batailles de Mahomet en Arabie au VIIe siècle. Il prédisait de façon absolue que, tout comme Muhammad jadis l’avait emporté, il en serait ainsi pour les musulmans américains. Bien que Curtiss n’ait parlé que de changement de la politique envers Israël, ses thèmes impliquaient une prise de pouvoir plus large des islamistes aux États-Unis. Sa prédiction semblait incontestable.

Le 11 septembre a eu l’effet d’un appel à se réveiller, mettant fin à ce sentiment de désespoir. Les Américains ont mal réagi non seulement à la violence terrifiante de ce jour-là, mais aussi à l’insistance scandaleuse des islamistes rejetant la faute des attaques sur la politique étrangère américaine et plus tard à l’élection de Barack Obama ou leur déni flagrant que les auteurs étaient des musulmans ou l’intense soutien musulman aux attentats.

Les universitaires, les chroniqueurs, les blogueurs, les personnalités des médias, et les militants américains sont devenus cultivés sur l’islam, se développant en communauté, une communauté qui se sent maintenant comme un mouvement. La controverse du centre islamique illustre son émergence en tant que force politique, faisant montre d’une colère, d’une réaction puissante inconcevables juste une décennie plus tôt.

L’énergique recul de ces derniers mois me trouve partiellement enthousiaste: ceux qui rejettent l’islamisme et l’ensemble de ses œuvres constituent maintenant la majorité et sont en marche. Pour la première fois en quinze ans, je sens que je puis être dans l’équipe gagnante.

Mais j’ai une inquiétude: le ton anti-islamique de l’équipe qui s’intensifie. Induits en erreur par l’ insistance des islamistes sur le fait qu’il ne peut pas exister une chose du genre de «l’islam modéré», mes alliés souvent ne réussissent pas à faire la distinction entre l’islam (une religion ) et l’islamisme (une idéologie utopiste radicale visant à appliquer les lois islamiques dans leur totalité). Ceci représente pas seulement une erreur intellectuelle, mais une politique sans issue. Déterminer tous les conflits musulmans avec des notions de base de l’Occident, met dans le même sac amis avec ennemis, et ignore le fait indéniable que les musulmans seuls peuvent offrir un antidote à l’islamisme. Comme je dis souvent, l’Islam radical est le problème et l’Islam modéré est la solution.

Une fois cette leçon comprise , la nouvelle énergie amène à voir vaguement la défaite de l’islamisme.

Lire l’article complet sur fr.danielpipes.org

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.