Liban – La menace de Rustom Ghazalé via le garde du corps de Hariri : « Je vais lui casser le bras… »

L’équipe de sécurité personnelle de l’ancien Premier ministre avait été avertie de se méfier du Hezbollah.
&mnsp;
Jeanine JALKH | OLJ
 
« Celui que vous voyez devant vous n’est que l’image en surface d’un homme affublé d’un costume. Un homme effondré, brisé de l’intérieur. »
C’est par cette image saisissante que le témoin numéro 76 s’est décrit hier devant les juges du Tribunal spécial pour le Liban, chargé de juger les assassins de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri.
Sollicité par l’accusation, le témoin – l’un des survivants du convoi de garde de Rafic Hariri, le premier également qui vient comparaître devant le TSL – a relaté devant la chambre de première instance le fil des événements tels qu’il les a vécus avant l’assassinat, le 14 février 2005, et les séquelles sur lui et sa famille.
Bénéficiant de mesures de protection extrêmes durant son passage dans la salle d’audience, le numéro 76 avait le visage flouté, la voix altérée, son témoignage ayant été « censuré » au public à plus d’une reprise dès qu’il évoquait des points délicats pouvant révéler son identité.
Seule sa respiration saccadée et bruyante trahissait l’émotion ressentie au cours d’une comparution aussi cruciale et symbolique à ses yeux, comme il le laisse entendre. Son débit verbal reflétait également l’épuisement moral des suites de cette immersion dans un passé aussi « éprouvant » que celui qu’il a vécu. Un moment qui l’a marqué à vie, dira-t-il ultérieurement en décrivant son état psychologique.
Le programme de protection était d’autant plus justifié aux yeux des administrateurs du TSL que le témoin avait « reçu des menaces de mort par téléphone » – on l’apprendra en cours d’audience –, notamment après avoir confié ce qu’il savait à la commission d’enquête internationale installée à Monteverde, en 2006.
Officiellement affecté à l’équipe de protection de Rafic Hariri en 2000, après plusieurs années de service auprès de la famille, le numéro 76 opérait sous la supervision de Yéhia el-Arab (alias Abou Tarek), Talal Nasser et Abd el-Arab.
Durant plusieurs heures, le témoin entraîne l’assistance dans les coulisses du travail sécuritaire à la présidence du gouvernement du temps du mandat de Rafic Hariri, répondant avec autant de précision que possible aux questions du substitut du procureur, Alex Milne. Il évoque la composition du convoi, les chemins généralement empruntés par le Premier ministre, la répartition des rôles entre les Forces de sécurité intérieure et l’équipe de sécurité privée de M. Hariri, les équipements de parasitage et leur mode de fonctionnement.
Le témoin partage également avec les juges ce qu’il sait ou croit savoir des dédales des relations libano-syriennes. À travers deux rencontres principales, l’une entre le Premier ministre de l’époque et le président Bachar el-Assad, l’autre, préalable, entre Yéhia Arab (Abou Tarek) et le chef des services de renseignements syriens au Liban, Rustom Ghazali. Celle-ci était prévue en amont pour organiser la visite du Premier ministre libanais à Damas, en janvier 2005.
 
« Ça s’est trés mal passé avec Assad… »
Durant sa rencontre avec Rustom Ghazali, « Abou Tarek est retourné en voiture et a relaté, devant nous (ses collègues), ce que le chef des services de renseignements lui avait explicitement dit de transmettre à Rafic Hariri », à savoir qu’il allait « lui casser le bras s’il n’accepte pas de renouveler le mandat du président Émile Lahoud ».
Sorti troublé de la réunion, Yéhia Arab a eu un accident de voiture au niveau du rond-point Sayyad, signale le témoin. « Abou Tarek a eu le bras cassé. Comment cela a-t-il pu se produire, je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est qu’il est resté discret sur l’affaire et s’est absenté durant quelque temps du travail », dit-il.
Les menaces proférées par le chef des services de renseignements syrien ont nécessité « un renforcement notoire des mesures de sécurité pour la protection du Premier ministre », fait encore remarquer le garde du corps.
Durant les réunions relatives à la sécurité personnelle de Rafic Hariri, « Abou Tarek nous a demandé de faire preuve de vigilance », confie le témoin.
« Il nous a dit de prendre garde du Hezbollah, quand bien même Rafic Hariri était en bons termes avec le parti. “Soyez très prudents, nous disait-il à maintes reprises. Faites attention sur les routes et surtout, ne donnez aucune information aux journalistes. Sa situation est vulnérable” », ajoute le témoin.
On apprendra ainsi qu’après le tête-à-tête « d’un quart d’heure » qui avait eu lieu entre Bachar el-Assad et Rafic Hariri en janvier 2005, le Premier ministre est sorti « extrêmement furieux », « son visage rouge de colère ». « Il était fatigué et très irrité. Nous avons entendu que la réunion s’est très mal passée à Damas », dit-il.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This
759 0 Oct 15, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.