Un sommet au profil bas

Le sommet de Sharm El Sheikh, qui doit réunir mardi le Premier ministre israélien et le chef de l’AP, sera encore moins solennel que prévu. Dans l’entourage de Binyamin Netanyaou, on a en effet annoncé ce lundi que tous les événements qui devaient avoir lieu en marge de la rencontre avaient été annulés. Si rien n’est changé d’ici là, les médias se contenteront de filmer la poignée de main entre les deux hommes avant qu’ils n’entament leurs discussions. Rappelons que cette entrevue a été préparée tout récemment à Washington, où Netanyahou et Abbas ont accepté de se rencontrer, sous la férule de la Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, pour relancer le dialogue direct entre Israël et les Palestiniens. Mme Clinton a d’ailleurs annoncé alors qu’elle comptait faire le déplacement en Egypte pour assister à ces premiers pourparlers. Autre changement de programme: il ne devrait pas y avoir non plus de conférence de presse conjointe à l’hôtel Hyatt, en compagnie d’Hillary Clinton et du président égyptien Hosni Moubarak, à l’issue des conversations. Etant donné qu’elle devait permettre aux personnalités présentes de faire une déclaration officielle sur les progrès des négociations, on peut comprendre que les écarts sont encore grands entre les deux camps, ne leur permettant pas de faire une telle annonce. Tout cela n’a rien de surprenant lorsqu’on sait combien ils sont encore en désaccord sur de nombreux points. La question du gel, que le gouvernement israélien parle de lever « partiellement », est loin d’être réglée, incitant les Palestiniens à se montrer une fois de plus très intransigeants. Ils auraient toutefois « assoupli » quelque peu leurs positions, indiquant qu’ils n’interrompraient pas les discussions directes, comme ils avaient menacé de le faire un peu plus tôt, « si la construction dans les implantations ne reprenait que de façon très restreinte ». Mais cela ne les empêche pas d’affirmer publiquement que si, d’ici la fin du mois, les travaux reprennent dans les localités juives (lors de l’expiration du délai du gel), ils refuseront de poursuivre les contacts. Hillary Clinton profitera de son voyage au Proche-Orient pour effectuer quelques missions dans la région. Après un séjour, ce mercredi, à Jérusalem elle ira à Ramallah pour s’entretenir avec Mahmoud Abbas et Salem Fayyad. Puis elle se rendra à Amman où elle sera reçue vendredi par le roi Abdallah II avant de rentrer aux Etats-Unis.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.