La Turquie entière en parlait, mais personne ne l’avait vu…

Après des semaines de polémique sur son luxe et son coût, le président turc M.Erdogan a dévoilé hier son nouveau et controversé palais à la faveur de la visite du pape François.
Jusque-là, seules quelques images de son imposante façade ou de son locataire au pied d’un monumental balcon aux dorures improbables avaient été distribuées aux médias. De quoi nourrir les critiques, mais sûrement pas de juger le bâtiment sur pièces. Pour en avoir le cœur net, quelque 250 journalistes turcs et étrangers ont donc saisi le prétexte de la visite du souverain pontife, son premier hôte de marque, pour faire le déplacement dans la très lointaine banlieue d’Ankara. Leur visite a été très encadrée. Sitôt dans l’enceinte du « palais blanc » (aksaray, en turc), les représentants de la presse ont été placés sous stricte surveillance de nombreux policiers et agents de sécurité en civil ou en uniforme. Les visiteurs ont pu admirer les nombreux atriums et colonnades, ainsi que la gigantesque esplanade dallée de marbre vert, recouverte pour l’occasion d’un long tapis bleu clair cerné de militaires en capotes du même ton. D’inspiration ottomane et seldjoukide, la première dynastie turque du XIe au XIIIe siècle, le nouveau palais présidentiel dispose d’un millier de pièces et s’étale sur 200 000 m2, un peu moins de la moitié de la superficie de l’État du Vatican…
Il remplace le modeste siège historique de la présidence sur les hauteurs du quartier de Cankaya, demeure depuis 1923 des chefs d’État de la République de Turquie inaugurée par son fondateur, Mustafa Kemal Atatürk.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This
480 9 Nov 29, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.