Refuser la résolution sur la reconnaissance de l’Etat Palestinien

Les parlementaires s’apprêtent à délibérer d’une résolution visant à reconnaître l’Etat palestinien. Aurore Bergé et Yael Mellul contestent la méthode.
Le terrible attentat du 18 novembre dans une synagogue de Jérusalem est venu nous rappeler la menace constante sous laquelle vit Israël: celle du terrorisme. Revendiquée par le Front Populaire de Libération de l’autorité palestinienne (FPLP), cette attaque a été immédiatement saluée par le Jihad islamique et le Hamas. A ceux qui l’auraient trop vite oublié, soit par ignorance manifeste, aveuglement ou, pire, prosélytisme, voilà donc ce qu’est le Hamas: une organisation terroriste dont le projet n’a jamais été l’émergence d’un État Palestinien mais bien la destruction d’Israël.
Face à cette nouvelle vague de violences, initiée cet été par l’enlèvement et l’assassinat de trois jeunes israéliens, le message porté par la France ne doit souffrir aucune ambiguïté. La légitimité, l’existence et la sécurité d’Israël ne peuvent être remises en cause. La seule voie possible d’émergence d’une paix pérenne est celle du respect du principe des négociations, tel que posé notamment en 1993 lors des accords d’Oslo avec l’interdiction de tout recours à des mesures unilatérales.
Les gouvernements israéliens sont-ils au-dessus de toute critique? La réponse est non. Et sans ambiguïté.
Mais l’obsession avec laquelle tous les faits et gestes de la politique israélienne occupent l’espace médiatique et politique devrait nous interroger.
Israël est l’une des lignes de front majeure dans la lutte contre le terrorisme. S’il y a des différences de nature ou d’objet, les gradations entre des groupes fanatisés qui visent à déstabiliser de l’intérieur nos États démocratiques ne sont pas pertinentes. Ils sont pétris des mêmes haines et nourrissent les mêmes conséquences. Celles qui conduisent par exemple de jeunes Français en manque de repères, de causes, à partir se former pour commettre des attentats ici, sur notre sol. Des terroristes qui se sont incarnés dans le nom et le visage de Mohamed Merah qui a délibérément frappé des militaires français et une école juive.

Lire l’article complet sur Le Figaro

Share This
620 2 Nov 29, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.