Une machination de l’intérieur, selon une firme experte en sécurité informatique

La firme Taia Global, basée en Israël, est arrivée à la conclusion que la langue maternelle des pirates était le russe plutôt que le coréen, grâce à l’analyse du logiciel utilisé et des fautes de syntaxe et de grammaire.
Se pose aussi la question du traçage de l’attaque. Selon des analystes, les pirates n’ont aucun mal à faire passer leurs offensives par des tiers pour dissimuler l’origine de l’attaque.

Lire l’article complet sur journaldemontreal.com

Share This
395 2 Dec 31, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.