Israël frappe l’Autorité palestinienne au portefeuille

Après la demande palestinienne d’adhésion à la CPI, l’Etat hébreu a décidé de geler le transfert de 110 millions d’euros.
Israël veut faire «payer très cher» le projet de Mahmoud Abbas de traîner en justice des militaires et des dirigeants israéliens pour «crimes de guerre», devant la Cour pénale internationale de La Haye. En réponse au dépôt vendredi à l’ONU de la demande d’adhésion palestinienne, Benyamin Nétanyahou a annoncé ce week-end le gel du transfert de 110 millions d’euros. Une somme qui correspond à la TVA et aux droits de douanes prélevés sur les produits importés destinés aux Palestiniens qui transitent par les ports israéliens.
Ce pactole est vital: sans lui, les quelque 150 000 fonctionnaires, qui forment l’ossature de l’Autorité palestinienne, ne pourront plus être payés. Dans le passé, Israël a eu recours à plusieurs reprises à cette sanction pour exprimer sa colère. Mais le gel n’a été maintenu qu’un mois ou deux, avant d’être levé sous la pression de la communauté internationale, qui redoutait une implosion de l’Autorité palestinienne, suivie d’une prise du pouvoir en Judée et Samarie du Hamas, qui contrôle déjà la bande de Gaza.
Pour répliquer à cette punition, les Palestiniens se sont empressés de contre-attaquer. «C’est un acte de piraterie, un véritable crime de guerre», proclame Saëb Erakat, le principal négociateur palestinien, en soulignant au passage qu’Israël «s’adjuge une commission de 3 % sur le transfert d’un argent qui appartient aux Palestiniens». «Si cela continue, nous allons rendre les clés et les soldats israéliens vont devoir à nouveau courir après les jeunes Palestiniens dans les casbahs des villes de Judée et Samarie», a prévenu ce proche de Mahmoud Abbas, en faisant ainsi allusion à une hypothétique dissolution de l’Autorité palestinienne et à la fin de la coopération sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne. Cet accord se traduit par des missions de maintien de l’ordre effectuées par la police palestinienne dans les grandes localités de Judée et Samarie.

Lire l’article complet sur Le Figaro

Share This
397 6 Jan 5, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.