Nouveau record pour la high-tech israélienne

En 2014, les cessions et introductions de start-up israéliennes ont atteint 15 milliards de dollars.
Ces sociétés changent toujours très rapidement de mains.
L’économie israélienne a beau présenter quelques signes de ralentissement, le dynamisme de son secteur des hautes technologies est intact. Selon une étude publiée voilà quelques jours par PwC (couvrant la high-tech et, dans une moindre mesure, les sciences de la vie ainsi que les « clean tech »), l’année 2014 a été synonyme de nouveau record de transactions pour les start-up de l’Etat hébreu qui ont été introduites en Bourse ou vendues pour un montant total de 15 milliards de dollars (12,5 milliards d’euros), soit le double du montant enregistré en 2013.
Sur le front boursier, 18 jeunes pousses israéliennes ont levé près de 10 milliards de dollars en s’introduisant pour la plupart au Nasdaq (12) mais aussi sur l’AIM (5), contre un montant total de seulement 1,2 milliard de dollars en 2013. La société Mobileye, qui développe des systèmes d’assistance à la conduite de véhicules, a ainsi levé 890 millions de dollars lors de son entrée au New York Stock Exchange, en août. Soit la plus importante introduction jamais réalisée par une start-up israélienne.
Sur le front des rachats, pas moins de 52 jeunes pousses ont été cédées pour 5 milliards de dollars, contre 6,45 milliards en 2013 (39 opérations). Dans le Top 5 des transactions figurent la vente de la société de téléphonie et de messagerie Viber au géant japonais du commerce en ligne Rakuten pour 900 millions de dollars, ou encore le rachat du service de paiement de factures Check pour 360 millions de dollars par l’éditeur américain Intuit, le concepteur du logiciel de fiscalité TurboTax. Le montant moyen des cessions est toutefois passé de 165 millions de dollars en 2013, à 97 millions l’an passé.

Lire l’article complet sur Les Echos

Share This
479 8 Jan 5, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.