USA: l’entrée sans visa critiquée par peur des jihadistes

Un jihadiste européen qui entre comme un touriste aux Etats-Unis et commet un attentat: c’est la hantise d’élus américains, qui veulent réformer l’exemption de visa accordée à plus d’une trentaine de pays.
La possibilité de laisser les ressortissants de 38 pays entrer sans visa aux Etats-Unis est le “talon d’Achille de l’Amérique”, a estimé par exemple l’influente sénatrice démocrate Diane Feinstein, quelques jours après l’attaque contre Charlie Hebdo.
L’ancienne présidente de la commission du Renseignement du Sénat prépare une proposition de loi pour renforcer les mesures de sécurité liées aux exemptions de visa, qu’elle espère présenter bientôt, selon son entourage.
D’autres parlementaires ont l’exemption de visa dans le collimateur, comme la représentante républicaine Candice Miller, qui propose notamment d’autoriser le Département de la Sécurité intérieure (DHS) à suspendre si nécessaire l’entrée sans visa pour un pays donné.
Les statistiques sur les jihadistes occidentaux — 3.000 à 5.000 Européens seraient partis combattre en Irak ou en Syrie, selon les estimations –, tout comme le profil des assaillants de Charlie Hebdo (des extrémistes de nationalité française) réveillent des souvenirs glaçants pour les Américains.
Celui de Zacharias Moussaoui, surnommé parfois le 20ème pirate du 11-Septembre: un Français entré aux Etats-Unis en 2001 sur simple présentation de son passeport. Ou de Richard Reid, le Britannique qui en décembre 2001 avait tenté de faire sauter un avion à destination des Etats-Unis avec des chaussures piégées.

Lire l’article complet sur lalibre.be

Share This
551 3 Jan 31, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.