David Horovitz – Maintenant on sait qui croire sur l’Iran

L’administration Obama affirme qu’Israël déforme les faits ; les échos arrivant de Genève donnent raison à Nétanyahou
Dans une opinion publiée le 9 février j’avais suggéré que le leader de l’opposition en Israël, Isaac Herzog, devrait se tenir aux côtés du Premier ministre Benjamin Nétanyahou au congrès le 3 mars pour montrer « leur conviction commune que le régime de Téhéran ne peut pas être apaisé, qu’il faut le combattre ».
Lundi soir, alors que les détails de l’accord imminent négocié par les Etats-Unis avec l’Iran ont émergé de Genève, le plus respecté des analystes des affaires du Moyen-Orient d’Israël, le commentateur de la Deuxième chaîne, Ehud Yaari, a fait exactement la même suggestion.
Les termes de l’accord qui fuient sont tellement problématiques que Yaari a proposé aux deux principaux candidats d’Israël des élections du 17 mars, Nétanyahou et Herzog, de mettre de côté leurs différences et d’expliquer aux législateurs américains la nécessité de contrecarrer car un tel accord transcende les lignes politiques des partis en Israël et se dresse comme un impératif consensuel.
Après que des sources anonymes à Jérusalem aient révélé aux journalistes israéliens ces dernières semaines les termes de l’accord en train d’être négocié, plusieurs porte-paroles de l’administration Obama ont affirmé que le gouvernement de Nétanyahou déformait des détails à des fins politiques.

Lire l’article complet sur fr.timesofisrael.com

Share This
535 6 Feb 24, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.