Barak : « Les négociations avec l’AP sont plus importantes que la construction juive »

La présence du parti travailliste au sein de la coalition devient de plus en plus problématique. Son leader, Ehoud Barak, joue de plus en plus cavalier seul, et se permet de faire des déclarations qui sont en porte-à-faux non seulement avec les décisions du gouvernement mais aussi avec la volonté clairement exprimée par l’électorat. Ce n’est pas pour rien que le parti travailliste, qui a largement dominé la vie politique israélienne durant les trois premières décennies de l’Etat, se retrouve aujourd’hui avec à peine 13 députés, et connaîtrait une nouvelle déconfiture au cas où des élections avaient lieu aujourd’hui. Ce qui n’empêche pas Ehoud Barak de clamer à tout-va « que seule la présence au gouvernement du parti travailliste empêche la coalition de virer à droite », comme s’il s’agissait d’un honte. Après son entrevue lundi à New-York avec le Directeur du Conseil de la Sécurité Nationale, le général Jim Jones, le ministre de la Défense à déclaré : « Les décisions qui sont face à nous sont dramatiques, cruciales et historiques, et sont largement prioritaires sur la reprise de la construction en Judée-Samarie ». Ce faisant, il apporte de l’eau au moulin des Arabes palestiniens et des Américains, qui exigent de Binyamin Netanyahou de prolonger le gel de la construction juive en Judée-Samarie. On imagine le contenu des prochaines discussions entre Israéliens et Palestiniens, où ces derniers ne manqueront pas de s’engouffrer avec délectation dans la brèche créée par le ministre de la Défense, mettant encore davantage en difficulté le Premier ministre Binyamin Netanyahou. Lors de son entrevue avec Jones, Ehoud Barak a voulu mettre l’accent sur « les arrangements de sécurité » avec l’AP, suite notamment à l’attentat de Beit Hagaï. Il a également évoqué la fourniture par la Russie à la Syrie de missiles terre-mer « qui pourraient éventuellement être livrés ensuite au Hezbollah » !! Ces missiles seront livrés malgré la promesse faite par Vladimir Poutine à Ehoud Barak, alors que ce dernier avait effectué un voyage éclair à Moscou pour supplier les Russes de ne pas effectuer cette transaction. Les commentateurs politiques avaient été quasi unanimes pour dire que le ministre de la Défense avait « perdu encore un peu plus de sa crédibilité » dans cette affaire.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.