Yossi Beilin – Un vent mauvais souffle sur Ramallah

Le président Mahmoud Abbas est un partenaire pour la paix. Personne ne sait qui va lui succéder et à quel moment, mais il est tout de même difficile de penser à quelqu’un de plus habilité.
Il s’agit de l’homme qui a compris depuis longtemps que la paix avec Israël est dans l’intérêt national des Palestiniens, que la violence face à Israël a un effet de boomerang sur les Palestiniens, que la seule mesure appropriée contre Israël est politique (que ce soit des négociations bilatérales ou de manière unilatérale par le biais d’institutions internationales), et celui qui soutient que la coopération sécuritaire avec Israël est “sacrée”.
Je pense que si le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou était prêt à engager des pourparlers avec Abbas sur la base des paramètres établis par le président américain Bill Clinton en 2000, ou sur la base de l’initiative de Genève de 2003, un accord de paix entre Israël et l’OLP aurait déjà été conclu et appliqué en Judée et Samarie et, parallèlement, un cessez-le-feu prolongé aurait pu être conclu avec le Hamas à Gaza.
Mais le fait qu’Abbas est un partenaire pour Israël, et le fait qu’en général, ses paroles sont pour nous, agréables à entendre, ne signifie pas qu’il est à l’abri des critiques, et que le monde doive fermer les yeux sur ce que se passe à Ramallah. Un vent mauvais s’est levé là-bas, et la communauté internationale se doit de le savoir et de prendre position.
La vie politique en Judée et Samarie est gérée depuis des années par décrets
Il n’y a pas d’élections, ni présidentielles, ni législatives, il n’y a pas non plus de réunions du Parlement palestinien (dont une des raisons est l’isolement de Gaza). Abbas, qui est en poste depuis plus de dix ans en expliquant à qui voulait l’entendre que sa mission était de stabiliser la situation après la mort d’Arafat, puis de passer le flambeau à la jeune génération, se comporte comme un chef autoritaire, pas si différent de ses collègues de la Ligue arabe.
Il y a une érosion croissante des droits de l’homme sur le territoire de l’Autorité palestinienne et même s’il existe une différence énorme entre la situation en Judée et Samarie et à Gaza dans ce domaine, cela n’en reste pas moins une réelle préoccupation.

Lire l’article complet sur i24news.tv

Share This
379 5 Jul 12, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.