Turquie: arrestations après le meurtre de policiers, sécurité renforcé à la frontière

Trois personnes ont été arrêtées jeudi après le meurtre de deux policiers revendiqué par les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en représailles à l’attentat antikurde meurtrier attribué au groupe jihadiste Etat islamique (EI).
Sur fond de tensions politiques croissantes dans tout le pays, les forces de l’ordre ont interpellé trois suspects soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat des deux agents retrouvés morts la veille, exécutés d’une balle dans la tête à leur domicile de Ceylanpinar (sud-est), à la frontière syrienne.
Le gouvernement turc, qui a promis de sévir contre le groupe EI, a rendu hommage jeudi à ses deux «martyrs». «Le sang versé par nos martyrs ne restera pas impuni», a lancé lors d’une cérémonie le chef de la police locale, Eyüp Pinarbasi.
L’opération du PKK, présentée comme une «action punitive» après l’attaque qui a frappé Suruç (sud) lundi, a ravivé les risques de débordement en Turquie de la guerre qui oppose les milices Kurdes aux jihadistes sur le sol syrien.
Une organisation proche des militants Kurdes de Turquie a ainsi affirmé sur son site internet avoir tué mardi soir à Istanbul un commerçant présenté comme un membre du groupe EI. «Les meurtriers de Suruç rendront des comptes», a écrit le Mouvement de la jeunesse patriotique révolutionnaire (YDG-H).
Cet attentat, qui a fait 32 morts et une centaine de blessés, a visé un groupe de jeunes militants de gauche partisans de la cause kurde qui souhaitaient participer à la reconstruction à Kobané. Cette ville syrienne a été détruite par quatre mois d’intenses combats qui se sont soldés par la victoire des Kurdes sur l’EI.

Lire l’article complet sur Liberation

Share This
387 9 Jul 23, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.