Analyse: le parcours d’Abbas touche à sa fin

Le manque d’intérêt pour les Palestiniens et les complots politiques marquent la fin de carrière pour Abbas
Le parcours d’Abbas arrive à sa fin, car sa campagne politique contre Israël a échouée, parce que les Palestiniens ne font plus partie de l’ordre du jour régional et parce que l’économie palestinienne est en crise. Il va manquer à Israël.
Malgré les démentis de hauts responsables de l’Autorité palestinienne, il semble bien que la carrière du président Mahmoud Abbas (Abu Mazen) est arrivée à sa fin. Les rapports faisant état de l’intention d’Abbas de démissionner surviennent deux mois après de vifs échanges entre Abbas et certains dirigeants du Fatah qui s’opposaient à la nomination de Saëb Erekat au poste de secrétaire général du Comité exécutif de l’OLP. Il va remplacer Yasser Abed Rabbo, qui a été remercié de ses services par Abbas il y a plusieurs semaines. Abbas est en colère contre les critiques et a alors annoncé qu’il en avait assez et qu’il s’en allait. Des membres du leadership palestinien affirment que ce n’est pas la première fois que M. Abbas s’emporte et menace de démissionner, mais qu’il doit cette fois-ci être pris au sérieux.
Le parcours d’Abbas arrive à sa fin, car sa campagne politique contre Israël a échoué. Quelques appels au boycott à travers le monde et démarches auprès des institutions internationales, en tête desquelles la Cour internationale de Justice à La Haye, ont créé une atmosphère anti-israélienne dans de nombreux endroits, mais sans plus. La communauté internationale en général et les pays arabes en particulier avaient la tête trop occupée avec d’autres problèmes plus graves, avec les menaces d’attentats terroristes. Il n’y a pas eu une seule journée sans que ne surviennent des attaques faisant des dizaines de morts en Irak, en Syrie, au Yémen, en Libye ou au Soudan. Même les dirigeants de l’Egypte, du Liban, de l’Arabie saoudite et du Golfe sont principalement occupés à tenter de se protéger. Les Palestiniens ne sont pas intéressants. Il suffisait de regarder ces derniers jours les chaînes de télévision et les journaux dans le monde arabe. Ils traitent tous des Houthis au Yémen, du groupe Etat islamique, des Kurdes et des masses misérables de réfugiés fuyant les zones de guerre dans des Etats en ruine. Les Palestiniens ont presque disparu des bulletins d’information, ce qui veut dire de l’ordre du jour régional.

Lire l’article complet sur i24news.tv

Share This
441 5 Jul 28, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.