Attaquée de toute part, Dilma Rousseff vacille

Brésil – Même Lula, son «joker», semble impuissant. Des manifs contre la présidente sont prévues dimanche dans 200 villes.
Rien ne va plus pour Dilma Rousseff, qui entame le septième mois de son second mandat à la tête de l’Etat brésilien. Des mégamanifs sont à nouveau programmées ce dimanche pour faire tomber celle qui a succédé au président Lula. Combien de temps encore pourra-t-elle résister aux coups qui pleuvent sur elle?
Il y a d’abord le scandale de corruption au sein de l’entreprise Petrobras, qui fait chuter sa côte de popularité. Selon l’enquête d’opinion Datafolha du 5 août, seulement 8% des Brésiliens ont une bonne opinion de son action, contre 52% en novembre 2014.
Quant à sa base parlementaire, elle s’est fortement fragmentée, au point de ne plus avoir d’appuis suffisants à la Chambre des députés. Son président, Eduardo Cunha, a rompu avec le gouvernement suite à son implication dans le scandale Petrobras. Obligée de se rapprocher du Sénat, la présidente a dû faire des concessions sur une série de mesures contraires aux idéaux de la gauche, provoquant l’ire des mouvements sociaux qui lui étaient restés fidèles.

Lire l’article complet sur 24heures (Suisse)

Share This
479 1 Aug 15, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.