Analyse: la Russie en Syrie, menaces et opportunités pour Israël

Analyse de Ron Ben-Yishai
Si Nétanyahou et Poutine parviennent à s’accorder, la présence russe pourrait stabiliser le nord d’Israël
Le Premier ministre Benyamin Nétanyahou va s’envoler lundi pour Moscou accompagné du chef d’Etat-major Gadi Eizenkot pour essayer de parvenir à une une meilleure entente avec la Russie, qui est devenue un acteur et une force militaire de premier ordre dans la guerre syrienne. Pendant ce temps sur le terrain, les Russes ne semblent pas chômer. Ce week-end, 27 avions de combat Sukhoi et d’autres types d’avions militaires ont atterri sur le territoire contrôlé par le régime, arrivés directement du sud de la Russie, via l’Iran et l’Irak.
L’aéroport établi par la Russie et dont elle est la seule à se servir constitue le plus récent élément de la présence militaire russe en Syrie. Un autre aspect important est le port militaire dans la ville de Tartous. Tant la base aérienne que le port sont situés dans ce qui est connu en Israël comme “La petite Syrie”, soit l’enclave alaouite au nord de Lattaquié qui descendant vers le sud le long de la côte et mène jusqu’à Damas.
Cette enclave est entièrement sous le contrôle du régime d’Assad et c’est à travers elle qu’il obtient l’aide militaire des Russes et de l’Iran. Les soldats russes déployés en Syrie et l’éventail des armes fournies par Moscou, destinés à protéger le régime contre les rebelles islamistes, entravent la liberté d’action d’Israël en Syrie et au Liban.
Cela étant, l’existence d’un avant-poste militaire russe dans l’enclave alaouite peut également favoriser la stabilité dans la région et prévenir une confrontation entre Israël et l’axe radical chiite dirigé par l’Iran. Voilà précisément pourquoi Nétanyahou se rend à Moscou pour rencontrer Poutine: l’objectif est de maintenir et même d’améliorer la stabilité au nord de la frontière.
Dans un premier temps, il s’agit d’éviter une escalade provoquée par des rencontres indésirables entre des avions de combat et des missiles anti-aériens russes et des avions de Tsahal, ou encore que des avions russes franchissent la frontière du Golan pour aider l’armée d’Assad.

Lire l’article complet sur i24news.tv

Share This
577 1 Sep 21, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.